Brunet assurances
L'essentiel

Argelès-Gazost / Menaces sur les boutiques TER SNCF

Jean Buron, conseiller général Front de Gauche de Bordères-sur-l'Echez, est monté au créneau pour défendre la présence de la SNCF dans les Hautes-Pyrénées (Pyrénéesinfo, Eric BENTAHAR).

Jean Buron, conseiller général Front de Gauche de Bordères-sur-l’Echez, est monté au créneau pour défendre la présence de la SNCF dans les Hautes-Pyrénées (Pyrénéesinfo, Eric BENTAHAR).

Les boutiques TER à Vic-en-Bigorre, Bagnères-de-Bigorre et Argelès-Gazost semblent menacer de fermeture. Et ce n’est pas la réponse du directeur de la SNCF au courrier de la députée PRG des Hautes-Pyrénées Jeanine Dubié qui a rassuré l’assemblée départementale. « Il m’a indiqué qu’aucune décision n’était prise et qu’il devait rencontrer les maires des communes concernées », explique Jeanine Dubié devant ses collègues du Conseil général des Hautes-Pyrénées.

Au-delà du retrait d’une part du service public dans les communes du département, c’est l’organisation de la SNCF sur le territoire qui est mis en avant. Pour Jean Buron, « C’est organiser la diminution du service public de proximité. Il faudra se déplacer à Tarbes, où il y a également des suppressions de personnel, aller sur internet avec des difficultés pour les personnes âgées, ou changer de mode de transport. »

Mais plus globalement, la motion déposée par la majorité départementale s’inquiète de l’avenir des lignes transversales, comme la ligne Toulouse-Hendaye ou la ligne de nuit Palombe bleue, qui relie Tarbes à Paris. « Si la SNCF veut aller uniquement sur les TGV et abandonner le trafic ferroviaire à la région ou au privé, on va vers une désertification de notre département. Nous devons tous nous mobiliser », conclut le conseiller général Front de Gauche de Bordères-sur-l’Echez.

La motion a été adoptée à l’unanimité.

Pyrénéesinfo, Eric BENTAHAR.

Sur le même sujet

Ajouter un commentaire