Brunet assurances
L'essentiel

Hautes-Pyrénées / Abrogation du projet de binôme

La motion défendue par José Marthe, conseiller général Lourdes-Ouest (droite), a été votée par le Conseil Général des Hautes-Pyrénées, à deux voix ! (Pyrénéesinfo, Eric BENTAHAR).

La motion défendue par José Marthe, conseiller général Lourdes-Ouest (droite), a été votée par le Conseil Général des Hautes-Pyrénées, à deux voix ! (Pyrénéesinfo, Eric BENTAHAR).

Les groupes PS et PRG s’étant abstenus de voter, c’est presque par un hasard politique qu’une motion demandant « l’abrogation du projet de binôme homme-femme aux élections cantonales » a été adopté par le Conseil Général des Hautes-Pyrénées. Une première pierre dans la réforme du conseiller général qui a été l’objet d’un débat, et donc d’un vote favorable à la faveur des deux voix de droite : José Marthe et Jacques Béhague.

Pour José Marthe, qui présentait cette motion en prélude de l’assemblée plénière du 9 février 2013 du Conseil Général des Hautes-Pyrénées, l’article 2 du projet de loi sur la réforme du conseil général « conduirait à la confusion et creuserait un petit peu plus le fossé déjà immense entre les citoyens et la classe politique ». Concrètement, ce binôme doit permettre de réduire le nombre de cantons dans les Hautes-Pyrénées par deux, passant de 34 à 17. En même temps, la loi prévoit de créer un couple de candidats pour chaque canton. Un homme – une femme, pour améliorer la parité dans les assemblées départementales. « Nous pensons que nous ne sommes pas inférieures aux hommes ! », ironise Chantal Robin-Rodrigo, tandis que Josette Durrieu rappelle que « dans certains départements, et même au sein de la région Midi-Pyrénées, il n’y a pas une seule femme élue. Le binôme permettra une arrivée massive de femmes. C’est une rupture, c’est une nouveauté, c’est la gauche. Elle ose ! »

Derrière ce binôme et cette réforme du conseiller général, enterrant de fait le conseiller territorial voulu par le Gouvernement Fillon, c’est une représentation juste du département qui veut être conservée. « Le véritable enjeu est de faire en sorte que nos cantons ne soient pas trop grand, avec trop de communes, pour assurer la bonne représentativité du monde rural et de nos montagnes », conclut Jeanine Dubié.

Seule chose sûre : la loi, actuellement en discussion en commission à l’Assemblée Nationale, devra être prête rapidement, car les prochaines échéances électorales pour le Conseil Général sont fixées au printemps 2015.

Pyrénéesinfo, Eric BENTAHAR.

Sur le même sujet

Ajouter un commentaire